• Bungou Stray Dogs

     

    Bungou Stray Dogs est un Seinen écrit par Kafka Asagiri et dessiné par Sango Harukawa. Actuellement, le manga est encore en cours (l'édition française étant quand même pas mal en retard comparée à l'édition japonaise), et l'anime est composé de trois saisons et d'un film d'animation. Au niveau de l'ordre chronologique, c'est assez difficile à capter mais en gros : Début de la saison 3 > début du film > début de la saison 2> saison 1 > suite de la saison 2 > suite de la saison 3.

    En fait, faut juste comprendre que les débuts du film et des saisons 2 et 3 sont des flashbacks, voilà.

     

    Au niveau de l'univers, il n'y a rien de vraiment i n c r o y a b l e qui change complètement de l'ordinaire, mais pour le coup, cela ne m'a pas empêché d'avoir un coup de coeur énorme pour cet univers (ceux qui me suivent depuis longtemps savent que je suis une énorme fangirl).

     

    Dans la ville de Yokohama, tout semble normal, presque "paisible". Sauf que dans le monde de BSD, des personnes sont dotées de pouvoir surnaturels. Ces derniers sont nommés "capacité" et peuvent être soit défensif, agressif ou passif (ou même bénéfique pour certains). Le seul soucis, c'est que dans cette ville, il y a des combats, pour une raison simple qui est la conquête d'un Livre magique, ayant la capacité de rendre tous les souhaits de son détenteurs possible. Les combats se passent entre l'Agence des Détectives Armés (les "gentils" de l'histoire), et la Mafia (pas besoin de vous faire un dessin). Mais ces combats deviennent très vite internationaux avec l'arrivée de la Guilde (les richous), les Rats ( les cheatés niveau pouvoir) et l'Ordre (les distingués bien qu'ils ne sont pas encore trooop rentrés en jeu là dans l'immédiat).

     

    C'est dans les grandes lignes, mais si j'explique de A à Z tout l'univers, en étant fan, cela risque de finir en encyclopédie. Mais il faut tout de même noter que les personnages aux capacités sont des """caricatures""" d'auteurs, et ainsi, leur pouvoir sont inspirés de l'un de leur livre.

    Sinon je vous ai parlé de plusieurs groupes mais en gros, faut retenir que :

    Agence : Auteur japonais

    Mafia : Auteur japonais

    Guilde : Auteur américain

    Ordre : Auteur britannique

    Rats : Auteur russe (mais aussi d'autres nationalités, ce groupe (qui est mon préféré) mélange un peu tout).

     

    Bref.

    En gros, j'aime cet anime, et je ne pense pas avoir besoin de le préciser.

     

    Bungou Stray Dogs

    ◄ Fyodor Dostoïevski, saison 3.

    Opening 1

    Opening 2

    Opening 3

    Opening du film (Dead Apple)

    j'aime ces openings aaaaaaahhhcgfhej


    votre commentaire
  • Yakusoku no Neverland

     

    Yakusoku no Neverland, The Promised Neverland en anglais, est un Shônen écrit par Kaiu Shirai et illustré par Posuka Demizu. Ce manga est très récent car il a commencé à être publié en français en Avril 2018. Il a pour thème : monstres, familles, thriller, horreur, dramatique, dark fantasy. Le manga est encore en cours et une seconde saison a été annoncée pour 2020.

     

    Dû à ses premières images dans le manga, et scènes, dans l'anime, on pourrait penser que cela va être tout rose, tout beau. Des orphelins dans un orphelinat avec comme "Directrice" une certaine femme que les enfants appellent "Mama". Rien de bien franchement étonnant, mais très vite, grâce aux musiques, aux animations et j'en passe, l'univers plonge dans un certain malaise. Du moins, on sent très vite qu'il y a une merde quelque part. C'est de là qu'on remarque les trois protagonistes de l'histoire. Une rouquine enjouée et énergétique du nom d'Emma, un blondinet presque albinos du nom de Norman et Un garçon aux cheveux noirs, retirés et observateur du nom de Ray. C'est un trio inséparable. Sauf qu'un soir, Emma et Norman découvrent qu'en réalité, tous les enfants de l'orphelinat "Grace Field House" ne sont pas aussi en sécurité qu'ils ne le croient.

     

    Encore des thèmes banales, un univers sombre, mêlant la fantasy à la réalité et au quotidien. Mais franchement, ce manga m'a pris aux tripes, que ce soit les personnages, qui ont leurs côtés attachants (PS : Mon petit préféré est Ray.), ainsi que les événements auxquels on ne s'attendait vraiment pas. Du moins, certains détails étaient très facilement devinables, mais pour d'autres, ça nous tombe sur le nez, et c'est super bien fait. (pour anecdote, à une certaine scène, j'ai pleuré. Je suis sensible, triste).

     

    Yakusoku no Neverland

    Opening 1 :


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique